Previous Button
Next Button
en|fr
20161% artistique
Thumbnail
2006Étoile rouge
Il y avait de nombreux supporters de l’Etoile rouge, appelés « Les Vaillants ».
2014Kamen - Les Pierres
Tout se fabrique de façon authentique.
2011Les Bosquets
- What's up?
- I'm alright.
- Everything's alright?
2008Conversation
Thumbnail
2009Les Gardiens
J’ai dit à mes filles « je ne pars pas de la cité des Bosquets », je reste là
2008La Prière
Thumbnail
2008Confessions d'un jeune militant
Un livre de première importance. Montre-le moi.
2008« Socialisme ou barbarie »
Thumbnail
2007Le Lieu de la Langue
Je ne sais pas où
je me sentirais le mieux,
ici ou là-bas.
2006Prvi deo
Bienvenu dans la salle du tribunal numéro 1 de la cour spéciale de Belgrade
2002Les Femmes en noir
Thumbnail
2001Otpor
Il y a l'aspiration, le désir,
qui sera utilisé à travers
le pouvoir politique.
2000Les Paysans
Les serbes adorent faire la fête. Ils fêtent leur malheur, mais ils fêtent
1999Confrontations
Je ne suis pas contre
le fait qu'on soit contre.
2002Les Femmes en noir

ImageFadeImagesFiche
Image du film 1 / 1 Next image Button Previous image Button

Video, couleur, son, 12 min

Cette vidéo a été réalisée au Monténégro au cours d’une réunion des Femmes en noir, organisation féminine et pacifiste. La question fondamentale de cette vidéo est celle du patriarcat, et donc du paternalisme et de l’autorité, mais aussi et surtout celle du rôle complexe des mères et des épouses pendant la guerre. Et ce qui se dit au cours de cette vidéo met en évidence l’implication de chacune autant que de chacun dans la guerre au Kosovo. L’image des Femmes en noir montre des femmes qui écoutent, et jamais l’oratrice. Ce parti pris de filmage et de montage introduit une tension entre ce qui se dit et la capacité de recevoir cette parole. Montrer ces femmes qui écoutent, très attentives, permet au spectateur d’écouter. Au-delà du discours très autocritique qui s’y énonce, la vidéo donne aussi à voir une succession de portraits de femmes, en créant un lien évident avec la pratique actuelle du film aux photographies antérieures. Par ces deux régimes de représentation, est expérimenté l’une des problématiques cruciales du portrait : la distance. Et surtout la question essentielle de l’identité, du singulier et du remplaçable, qui fait écho aux arguments idéologiques qui sous-tendent ce « conflit local mondialisé ». Dans ce film, les portraits nous donnent à voir le visage comme lieu de la parole. Et la violence de ce discours, donné dans le contexte d’un huis clos entre femmes, peut ainsi être comprise comme la résultante de dix années de guerre. Pascal Beausse, extrait de L’artiste comme journaliste paru dans le catalogue Florence Lazar, à l’occasion de l’ exposition au musée de Grenoble, 2003



Mot de passe

Afin de visionner les vidéos, veuillez entrer le mot de passe dans le champ ci-dessous :






Back Button Retour

Obtenir le mot de passe

Si vous ne disposez pas du code d’accès, vous pouvez soliciter Florence Lazar, en indiquant vos coordonées et éventuellement motiver votre demande dans le formulaire ci-dessous :


Close Symbol