Previous Button
Next Button
en|fr
20161% artistique
Thumbnail
2006Étoile rouge
Il y avait de nombreux supporters de l’Etoile rouge, appelés « Les Vaillants ».
2014Kamen - Les Pierres
Tout se fabrique de façon authentique.
2011Les Bosquets
- What's up?
- I'm alright.
- Everything's alright?
2008Conversation
Thumbnail
2009Les Gardiens
J’ai dit à mes filles « je ne pars pas de la cité des Bosquets », je reste là
2008La Prière
Thumbnail
2008Confessions d'un jeune militant
Un livre de première importance. Montre-le moi.
2008« Socialisme ou barbarie »
Thumbnail
2007Le Lieu de la Langue
Je ne sais pas où
je me sentirais le mieux,
ici ou là-bas.
2006Prvi deo
Bienvenu dans la salle du tribunal numéro 1 de la cour spéciale de Belgrade
2002Les Femmes en noir
Thumbnail
2001Otpor
Il y a l'aspiration, le désir,
qui sera utilisé à travers
le pouvoir politique.
2000Les Paysans
Les serbes adorent faire la fête. Ils fêtent leur malheur, mais ils fêtent
1999Confrontations
Je ne suis pas contre
le fait qu'on soit contre.
2006Prvi deo
Bienvenu dans la salle du tribunal numéro 1 de la cour spéciale de BelgradeBienvenu dans la salle du tribunal numéro 1 de la cour spéciale de BelgradeBienvenu dans la salle du tribunal numéro 1 de la cour spéciale de Belgrade

ImageFadeImagesFiche
Légende de l'image 1 / 8 Next image Button Previous image Button

DV 4/3, dolby stereo, 85 min

Play Symbol Visionner le film. (accès restreint)

Film co-réalisé avec Raphaël Grisey
Le film s’est construit dans l’actualité d’un procès à Belgrade, premier du genre en Serbie à accuser de crime de guerre des Serbes pour leur participation au massacre d’Ovcara près de Vukovar en 1991, premier grand massacre des guerres yougoslaves des années 90. Dans un hôtel belgradois, les familles des victimes croates évoquent leurs observations du procès, racontent les événements et discutent de leur situation. À Vukovar, dans une voiture roulant de nuit dans la ville, une voix parle de traces invisibles. Dans le tribunal, les familles et des avocats parlent de pièces à conviction et des enjeux du procès. Deux scènes dans la salle des disparus à Zagreb et sur le lieu du crime concrétisent l’événement passé.L’objet du film n’est pas de rendre compte directement du déroulement du procès mais de le donner à voir comme un instrument de remémoration et comme un processus lent d’établissement des faits. Vukovar et Belgrade sont deux lieux où la réalité et la représentation de la guerre ont été différentes, incompatibles et restent non réconciliées.À partir de la restitution d’histoires personnelles et fragmentaires se découvre la macro histoire du démantèlement de la Yougoslavie. Le film traduit à travers différents registres narratifs ces processus lents en cour dans la région. Le film propose un parcours mental, où les représentations de la guerre sont évoquées à partir de ceux qui ont perdu leurs proches.



Mot de passe

Afin de visionner les vidéos, veuillez entrer le mot de passe dans le champ ci-dessous :






Back Button Retour

Obtenir le mot de passe

Si vous ne disposez pas du code d’accès, vous pouvez soliciter Florence Lazar, en indiquant vos coordonées et éventuellement motiver votre demande dans le formulaire ci-dessous :


Close Symbol